Démarrer une activité de freelance : les aides à la création

Il existe trois principaux dispositifs d’aide à la création d’entreprise pour les professionnels qui démarrent une activité de freelance :

  • L’ACCRE, qui consiste en une exonération de cotisations sociales sur les 12 premiers mois d’activité,
  • L’ARCE, qui consiste en un versement d’une partie des droits à indemnisation chômage restants,
  • Le maintien des ARE, qui consiste en un maintien, sous conditions de ressources, du versement des allocations chômage pour le créateur d’entreprise.

L’ACCRE consiste en une exonération temporaire de cotisations sociales accessible à bon nombre d’entrepreneurs. A compter du 1er janvier 2019, l’ACCRE sera accordée à toutes les personnes qui créent une activité professionnelle. Pour plus d’informations au sujet de ce dispositif : l’ACCRE.

Ensuite, les créateurs d’entreprises indemnisés par Pôle emploi peuvent choisir entre l’un de deux dispositifs suivants de soutien financier à la création d’entreprise :

  • Le maintien des ARE, qui consiste en un maintien, sous conditions de ressources, du versement des allocations chômage pour le créateur d’entreprise. Le créateur d’entreprise peut ainsi continuer à percevoir ses allocations jusqu’au terme de ses droits. Nous détaillons le fonctionnement de ce dispositif ici : le maintien des ARE en cas de création d’entreprise.
  • L’ARCE, qui consiste en un versement sous la forme d’un capital d’une partie des droits à indemnisation. Nous détaillons le fonctionnement de ce dispositif ici : le versement en capital ARCE. En demandant l’ARCE, vous ne percevrez plus vos allocations mensuelles.

Lorsque vous pouvez percevoir des allocations d’aide au retour à l’emploi suite à la rupture de votre contrat de travail, le choix de votre statut juridique et de votre régime fiscal est déterminant si vous voulez continuer à les percevoir après la création de votre entreprise.

Dans cette optique, la configuration idéale est d’exercer votre activité de freelance en EURL ou en SASU à l’impôt sur les sociétés. Ainsi, vous pouvez prévoir au démarrage que vos fonctions de dirigeant ne seront pas rémunérées, et ainsi continuer à percevoir l’intégralité de vos allocations jusqu’au terme de vos droits. Les autres options sont moins avantageuses :

  • En partant sur une imposition des bénéfices à l’IRPP, l’appréciation du maintien de vos allocations s’effectue par rapport à vos bénéfices professionnels,
  • En partant sur le régime micro-entreprise, l’appréciation du maintien de vos allocations s’effectue par rapport aux recettes que vous encaissez.

Démarrer une activité de freelance : comment trouver des missions ?

Pour travailler en freelance, il est indispensable de trouver des missions. Pour cela, vous pouvez tout d’abord prospecter auprès de votre réseau professionnel et auprès de clients potentiels, ou utiliser des plateformes internet pour répondre à des appels d’offres.

Il existe de nombreux sites spécialisés dans les missions pour freelance, où vous pourrez éditer une page de profil et permettre aux utilisateurs de vous contacter, et répondre également à des offres de mission. Inutile de vous inscrire sur des dizaines de plateforme, il faut sélectionner les plus performantes d’entre elles. N’oubliez pas d’utiliser les réseaux sociaux professionnels les plus connus, de mettre à jour votre profil et d’y prospecter.

Egalement, vous pouvez rechercher des missions en sous-traitance, auprès d’entreprises de votre secteur d’activité qui manquent de personnel ou de compétences que vous pouvez offrir, ou auprès de vos anciens employeurs.

Ensuite, il est possible de travailler avec d’autres freelances aux compétences complémentaires. Cela permet de mettre en place un réseau et d’obtenir des missions grâce à des recommandations. Il s’agit toutefois d’un processus qui demande généralement du temps avant de porter ses fruits. Au démarrage, l’idéal est de commencer par une mission d’assez longue durée que vous parvenez à obtenir juste avant le démarrage de votre activité.

En assurant des prestations de qualité sur les premières missions, vos clients deviendront vos meilleurs prescripteurs.

Démarrer une activité de freelance : pourquoi et comment faire son prévisionnel ?

L’objectif principal du prévisionnel financier pour une activité de freelance indépendant est de déterminer le montant de votre futur revenu net à partir du chiffre d’affaires prévu : quel est le revenu net auquel vous pourrez prétendre avec votre nouvelle activité ?

Pour cela, il est nécessaire :

  1. D’estimer le montant de votre chiffre d’affaires prévisionnel.
  2. De budgétiser toutes les dépenses nécessaires à l’exercice de l’activité : achat de matériel, achat d’applications informatiques, frais de déplacement, frais de restauration, documentation, formation…
  3. De budgétiser tous les frais nécessaires au fonctionnement de l’entreprise : honoraires de l’expert-comptable, frais bancaires, assurance professionnelle…
  4. De budgétiser les cotisations sociales calculées sur vos revenus assujettis,
  5. De budgétiser tous les impôts et taxes à payer par l’entreprise : contribution foncière des entreprises, impôt sur les bénéfices (impôt sur les sociétés ou impôt sur le revenu).